LIVRES ET CULTURE

Bienvenue sur mon blog

« La boue de Saint Pierre » (1) de Ralphanie Mwana Kongo

Classé dans : Non classé — 15 juillet 2014 @ 12:45

« La boue de Saint-Pierre » présente Tangu, un pays imaginaire d’Afrique centrale qui pourrait nous rappeler des réalités sociopolitiques du Congo, du Cameroun, du Gabon, de la Centrafrique, de la RD Congo… Tanu nous offre-t-il réellement un univers dont les hommes et les femmes épouseraient le quotidien sociopolitique de la sous-région ? Réponse à cette question après lecture de ce premier roman de Ralphanie Mwana Kongo.

Cruel destin de Pélagie Tala, vie abîmée de son frère Gaspard par son ami de circonstance Ferdinand Moto et l’étrange ambition politique de ce dernier, voilà les axes principaux de l’univers romanesque de « La boue de Saint-Pierre ». Aussi, devant ce récit qui déroule plusieurs aventures, le lecteur se demande : Est-ce l’histoire de Pélagie qui endure le mal de sa famille ? Est-ce la vie énigmatique du sulfureux politicien Ferdinand Moto ? Est-ce l’histoire de la gent féminine dépravée ou se remarque l’infidélité de Louisa et la désinvolture de Mimi, la maîtresse de Ferdinand Moto ? Mais on remarque que les évènements tournent autour de Gaspard qui apparait comme le personnage principal et omniprésent dans le destin des autres.  Frère de Pélagie ayant réussi dans la couture après une vie difficile et pénible auprès de ses parents, il fait la connaissance du futur préfet Ferdinand Moto. Ce dernier va se servir de sa naïveté pour lui demander de confectionner le Mulélé-nfumu, un habit auquel on attribuerait une valeur mythique et mystique pour le président au pouvoir, mais qui sera le sien quand il va accéder curieusement à la magistrature suprême. Et l’argent et le sexe vont contribuer à son ascension politique, à la grande surprise de son ami Gaspard marqué par le monde politique où la fin justifie les moyens.

Pélagie et Pierrette, deux destins douloureux récompensés au dernier moment

Violée par son père et mère de deux « enfants sans père », avant de tomber dans les bras d’un certain Brice qui lui fait un autre enfant, Pélagie vit dans la précarité. Elle ne connait pas le bonheur conjugal avec Brice, un homme jaloux adepte du tabac et de l’alcool. Aussi, sera-t-elle obligée d’avorter quand elle tombe de nouveau enceinte, ne voulant plus avoir un deuxième gosse avec Brice. Sa timidité et sa passivité s’effacent brusquement quand elle perd l’un de ses deux fils élevés par sa mère. Elle affronte celle-ci jusqu’à lui porter main quand elle décide d’élever seule ses deux enfants qui lui restent et qu’elle aime énormément. Son frère qui a admiré son courage et son projet de confectionner des tricots, l’aide financièrement pour commencer une autre vie de bonheur loin des tracasseries de sa mère et de Brice le père de sa fille Léonide.

Le bonheur tardif apparaît aussi chez Pierrette, cette femme qui va élever seule son fils. Barthélemy Tengo, le géniteur de sa grossesse, n’avait pas reconnu son acte car étudiant à l’époque. Celui-ci, plusieurs années après une réussite sociale consécutive à son militantisme politique, fait revivre l’amour qu’il avait avec son amie d’enfance. Il reconnait son fils, demande pardon à Pierrette pour repartir sur des nouvelles bases : « Quand tu t’es retrouvée enceinte ; je n’ai pas pu prendre mes responsabilités (…). J’espère que tu me pardonnes (…). Je veux reconnaitre Zoizo [leur fils], t’épouser et commencer une nouvelle vie ailleurs. Tous les trois… » (p.153).

Des femmes, pas comme Pélagie et Pierrette

Si Pélagie et Pierrette n’ont pas connu le bonheur conjugal comme le souhaiterait toute jeune femme au début de sa vie sentimentale, il y a dans « La boue de Saint-Pierre » une catégorie de femmes qui jouissent de leur sexe. Louisa, la femme de Gaspard, se laisse séduire par le futur préfet Ferdinand Moto. Celui-ci profite du manque de tendresse de Gaspard envers son épouse pour assouvir son dessein. Séduite par le comportement agréable du futur préfet, Louisa connait l’amour romantique avec ce dernier : « Gaspard manquait de tact, il était dépourvu de romantisme (…) L’amour, Louisa l’avait toujours voulu fort, captivant, enivrant (…). Elle l’éprouvait avec Ferdinand. Quel homme exquis, plein de délicatesse et d’attention ! » (p.112). Des femmes, pas comme Pélagie et Pierrette, on les trouve dans le groupe de la maîtresse de Ferdinand. Ces femmes vont s’occuper de Gaspard à dessein. Par l’intermédiaire de Ferdinand, Gaspard devient un habitué du groupe de Mimi et commence à flirter avec la plus jolie femme du coin.  Mais quelle ne sera pas sa surprise et sa déception quand Louisa, trahie par Firmin son domestique, au cours d’une discussion houleuse, avouera son amour pour Ferdinand : « Est-ce que c’est vrai ? Il espérait qu’elle réfuterait tous les odieux mensonges, toutes ces viles accusations (…). Je l’aime (…). Pardonne-moi ! Ce furent les seuls mots de Louisa. Le couturier s’affaissa dans le grand canapé du salon, les mains sur la figure » (p.144). Commence alors la descente aux enfers de Gaspard car se sentant trahi et perdu, descente aux enfers qui sera accentuée par l’ambition politique de Ferdinand.

Pas d’empathie et de sentimentalisme en politique

La politique, synonyme de mensonge, de magouille et de tromperie en Afrique, se révèle dans ce roman à travers le personnage de Ferdinand Moto. Futur préfet et travaillant dans l’ombre pour renverser le président de la république, l’homme n’a aucune empathie envers les personnes auxquelles il s’attache par intérêt. Gaspard tombe dans le piège quand il fait la connaissance de la famille présidentielle dans l’exercice de son métier. Malgré sa réticence à confectionner le Mulélé-nfumu, il est séduit par le mensonge de Ferdinand qui sert d’intermédiaire entre lui et la présidence. Il lui propose une grosse fortune pour ce travail. Pour bien contrôler psychologiquement Gaspard, il l’entraîne vers la luxure et c’est le groupe des femmes de Mimi qui va s’occuper de Gaspard tout en le faisant cocu. Il profite des faiblesses sentimentales de ce dernier pour se comporter en véritable Don Juan devant Louisa : «(…) depuis que je t’ai vue, je n’arrive pas à te sortir de mes pensées (…). Une femme comme toi mérite d’être cajolée, choyée, idolâtrée tous les jours » (pp.94-96). Et c‘est ce qu’il fera au cours de leurs rencontres intimes. Ferdinand Moto, c’est l’homme politique sournois, sans scrupule et sans sentimentalisme quand il se prépare à renverse le président. Il joue un sale tour à Gaspard en vandalisant son atelier pour lui voler le Mulélé-nfumu qu’il a confectionné ainsi que l’argent versé pour l’acompte. Il découvre l’ignominie de Ferdinand quand il apprend qu’il a été cocufié par ce dernier, et surtout quand il se proclame nouveau président après son coup d’État réussi. Aussi, son sadisme se dévoile une fois de plus quand il s’en prend à la famille du président. A l’indignation de Constantine, l’épouse du président déchu, il n’hésite pas à répondre par la cruauté : « Fusillez-la ! C’était la chose qu’il se contenta de dire. Et le couple Bukuta fut exécuté ainsi que tous les autres membres de la famille présidentiels, présents ce matin au palais » (p.149).

Et la présence de la boue du côté de Saint-Pierre ?

Saint-Pierre, un quartier qui pourrait rappeler un coin de Brazzaville, Douala, Kinshasa… par la boue qui y cause beaucoup de dégâts. Cette boue dans laquelle ont grandi Pélagie et Pierrette et leurs progénitures. Cette boue qui tue la vieille Nganga dans un accident de circulation. Cette boue qui empêche les taxis d’emmener le corps du petit Dimi à la morgue. Cette boue qui repousse les personnes nanties des quartiers modernes comme Louisa : « [Elle] détestait ce quartier, sa misère noire et sa boue qui était l’image même des mœurs de ses résidents » (p.68). Et c’est cette même boue que le nouveau président promet de vaincre : « Seul un individu brillant pouvait gouverner le troupeau, le sortir de la boue et le ramener vers la lumière. Il [Ferdinand Moto] était le dirigeant qu’il fallait à ce peuple, lui, et pas un autre » (p.152). Arrivera-t-il à concrétiser cette promesse ? Scepticisme au sein du peuple de Saint-Pierre.

« La boue de Saint-Pierre » est bâti sur une structure qui traite plusieurs sujets à la fois en respectant l’aiguillage temporelle dans une narration où les ellipses aident les lecteurs de passer d’un destin à un autre sans difficulté aucune. Une des qualités qui caractérise le roman de Ralphanie Mwana Kongo. Ce livre ne nous ramène-t-il pas dans le quotidien de l’Afrique du XXIe siècle qui peine à se réveiller socialement et politiquement ?

 

(1) Ralphanie Mwana Kongo, « La boue de Saint-Pierre », éd. L’Harmattan, coll. Encres noires, 2012, 153p.

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

recueil de citations, d'ext... |
les enquêtes de l'inspecteu... |
Maupassant, Morpurgo, Gogol... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Emilia Pardo Bazán
| Evoluer, jour après jour
| Le blog de Chris. Une image...